Je méditais sur un texte de Jon Kabat-Zinn ce matin, concernant l’autoacceptation et l’autocompassion et ce billet est sorti d’un trait.

C’est fou ce que l’on peut devenir notre propre ennemi.  On a souvent plus de compassion et d’acceptation pour nos voisins, nos amis, nos collègues, nos enfants que pour nous-même.

L’autosabotage et l’autodestruction, vous connaissez? En tout cas, moi je me reconnais encore trop souvent!

Les modèles de femmes et d’hommes « parfaits », dans toutes les sphères de nos vies, que notre société valorise nous affectent peut-être plus que nous pourrions le penser.

La culpabilité qui en découle nous porte souvent à devenir rigide et sévère envers nous-mêmes alors que nous devrions envisager plus de douceur, tel que nous avons bien souvent avec les autres…

Bref, comme Jon Kabat-Zinn, je vous invite (et je m’invite aussi) à devenir votre meilleur ami et à développer l’acceptation et la compassion profondes pour vous-même pour reconnaître votre belle unicité, non pas pour nourrir votre égo mais pour vous épanouir pleinement tel que vous êtes ici et maintenant.

Je vous laisse enfin avec les mots de Monsieur Kabat-Zinn : « La terre de la pratique requiert l’engrais de l’auto-acceptation et de l’auto-compassion profondes. La dureté et l’acharnement n’engendrent en définitive qu’inconscience et insensibilité, accentuant notre fragmentation au moment même où nous avons l’occasion de reconnaître que nous sommes déjà bien, déjà entiers. »

Si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à les partager avec nous.

Demain, 21 juin

Journée Internationale de la lenteur!!!!

Mais pourquoi sommes-nous si pressés?

À l’heure où la « performance » est requise sur tous les fronts de notre existence, nous sommes de plus en plus nombreux à dire « STOP » pour en finir avec l’obsession du toujours plus vite!!!  Privilégiant la quantité des tâches à abattre au lieu de la qualité de nos actes quotidiens, nous oublions de prendre des pauses ré-énergisantes.

Mais quelle est la solution pour gérer le travail, le couple, la famille, la vie sociale et même nos loisirs, etc.? 

Le yoga bien sûr… Mais aussi prendre le temps de vivre à la bonne cadence, le tempo giusto comme l’appellent les musiciens…  Aller vite quand notre activité l’exige tout en se ménageant des pauses dès qu’on le peut.

Aussi, pour célébrer le jour le plus long de l’année et pour participer à la Journée internationale de la lenteur, je vous invite à prévoir une longue séance de yoga demain.

Les deux que je vais guider au Centre Viniyoga Lily Champagne demain matin seront lentes et nous permettront de réfléchir à notre rapport au temps et son impact sur la qualité de nos vies.

Intéressée? J’ai deux places disponibles à 10h30. 

N’hésitez pas à me contacter pour réserver votre place au 514-702-7210. 

Toutefois, si vous ne pouvez pas vous déplacer jusqu’à nous, offrez-vous le loisir de prendre votre temps pour faire ce que vous avez à faire demain. Et si par chance, vous n’avez rien à faire, c’est encore mieux… osez prendre du temps à regarder le temps passer! 

La meilleure façon de célébrer la Journée internationale de la lenteur, selon les créateurs de cette journée, serait de simplement respirer profondément ou encore de regarder les nuages qui flottent dans le ciel.

BON SAMEDI et n’hésitez pas à me dire comment vous avez célébrer cette lonnnnnngue journée!

 

NAMASTÉ!

J’ai cherché la source de ce conte en vain, désolée!  Mais, je le trouvais bien à propos aujourd’hui.  Si vous avez la culpabilité facile comme moi à l’occasion, je vous invite à lire ce conte et à sourire à nouveau car qui sait ce que nos différences ou nos erreurs peuvent créer de splendide.

 

 

LE POT FELÉ

 

Une vieille dame chinoise possédait deux grands pots, chacun suspendu au bout d’une perche qu’elle transportait, appuyée derrière son cou.

       Un des pots était fêlé, alors que l’autre pot était en parfait état et rapportait toujours sa pleine ration d’eau. À la fin de la longue marche du ruisseau vers la maison, le pot fêlé lui n’était plus qu’à moitié rempli d’eau. Tout ceci se déroula quotidiennement pendant deux années complètes, alors que la vieille dame ne rapportait chez elle qu’un pot et demi d’eau.

    Bien sûr, le pot intact était très fier de ses accomplissements. Mais le pauvre pot fêlé lui avait honte de ses propres imperfections, et se sentait triste, car il ne pouvait faire que la moitié du travail pour lequel il avait été créé. Après deux années de ce qu’il percevait comme un échec, il s’adressa un jour à la vieille dame, alors qu’ils étaient près du ruisseau :

       « J’ai honte de moi-même, parce que la fêlure sur mon côté laisse l’eau s’échapper tout le long du chemin lors du retour vers la maison. »

La vieille dame sourit :

         « As-tu remarqué qu’il y a des fleurs sur ton côté du chemin, et qu’il n’y en a pas de l’autre côté ? J’ai toujours su à propos de ta fêlure, donc j’ai semé des graines de fleurs de ton côté du chemin, et chaque jour, lors du retour à la maison, tu les arrosais. Pendant deux ans, j’ai pu ainsi cueillir de superbes fleurs pour décorer la table. Sans toi, étant simplement tel que tu es, il n’aurait pu y avoir cette beauté pour agrémenter la nature et la maison. »

 BONNE JOURNÉE! 

yogarondeurs:

Bonjour,

Veuillez prendre note d’un changement d’horaire pour la classe de Laval. Les classes auront lieu le jeudi soir au lieu du mardi soir.  N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’informations complémentaires ou pour vous inscrire.  

NAMASTÉ!!!

“Ce qui compte ne peut pas toujours être compté,

et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.”

Albert Einstein

Voici une entrevue avec Suzanne Sirois de Yoga Rondeurs lors de l’événement du 13 avril dernier.  

N’hésitez pas à nous contacter pour profiter des bienfaits du Yoga vous aussi.

NAMASTÉ!

Contactez - Nous