Samtosha – Défi d’octobre

Comme dit dans le billet Inspiration d’octobre (publié le 3 octobre dernier), nous avons le goût de mettre en avant l’ouverture du cœur avec Samtosha, le contentement, la gratitude.

Samtosha est le 2e niyama (disciplines personnelles) du yoga.

Le contentement est une posture mentale et nous dirions même une posture philosophique du yoga. Cette posture fait du bien; elle change la vie, ou à tout le moins, la vision que l’on a de notre vie!

Lorsque nous avons une attitude de contentement et de gratitude nous ouvrons notre cœur, notre âme à la joie, à l’ouverture, à l’autre. Nous cessons de gratter nos bobos que sont l’envie, le désir de posséder encore plus.

En disant merci, on tend la main vers l’autre qui nous offre de l’aide, un cadeau ou sa présence. Nous avons lu qu’exprimer sa gratitude c’est se fondre dans le grand bain de l’humanité et accepter d’être à notre tour dans la joie de la transmission. Ne trouvez-vous pas, comme nous, que c’est un outil puissant de changement dans le monde, dans notre vie?

Que diriez-vous de faire un défi de gratitude pour ce qui reste du mois d’octobre?

Chaque lundi des trois prochaines semaines, un défi, un exercice vous sera proposé afin de faire entrer cette position mentale puissante.

Il vous faudra :

  • Vous inscrire au défi (être inscrit à cette infolettre n’est pas la même chose – cependant vous serez automatiquement inscrite à l’infolettre si ce n’est pas déjà fait). Voici d’ailleurs le lien S’INSCRIRE AU DÉFI
  • Acheter un cahier qui deviendra votre « Cahier de gratitudes » (Si vous êtes comme nous, vous n’avez pas besoin de courir dans un magasin, vous en avez qui attendent une bonne idée, dans vos armoires ou tiroirs)
  • Acheter ou fabriquer (si vous avez le goût, le temps et l’inspiration) 5 cartes de remerciement (sans texte)
  • Quelques minutes par jour ou plus selon votre inspiration ou votre désir d’exploration

Nous avons envie de vous laisser ici quelques statistiques qui sont tellement parlantes! En les lisant, ça donne définitivement le goût d’y participer. Pour nous non plus, il n’est pas toujours évident de prendre la posture Samtosha. Nous sommes souvent remplies de désirs et d’insatisfactions diverses… On a le goût nous aussi de changer notre vie après tout! Nous espérons nous serons des dizaines voire même des centaines à faire ce défi ensemble (comme on le disait, nous sommes pleines de désirs :-)!!)

Ceci dit, voici ce que les gens qui pratiquent la gratitude au quotidien (avec quelques exercices que nous vous proposerons dans les prochaines semaines) ont comme bénéfices mesurables dans votre vie et mesurées par des études :

  • 10% moins de douleurs physiques
  • 8% rapportent un sommeil plus long
  • 25% disent avoir une qualité de sommeil meilleur
  • Rallonge la vie de 7 ans – WOW!

Nous vous en dirons plus dans les semaines à venir.

Nous laissons maintenant cette vidéo de Florence Servan Shreiber vous en parler encore mieux que nous.

Voici notre premier exercice, pour se mettre dans le bain, pour se donner le goût.

Nous avons le sentiment que ce défi, au cours du mois d’octobre, saura nous donner le sourire et un bien-être à long terme qui ne pourra que croître avec l’usage!

Namasté!

 

L’Équipe Yoga Rondeurs

 

Inspirations d’octobre – gratitude

Chez Yoga Rondeurs nous avons décidé d’offrir notre gratitude au mois d’octobre. Ça tombe bien, puisque c’est le mois de l’action de grâces.

Le mois où la plupart d’entre-nous avons l’habitude de remercier la terre pour ses bienfaits.

Comme il est bon de s’ouvrir aussi aux gens tout autour de soi afin d’apprécier l’entourage qui marche avec nous. Bref, avoir de la gratitude des bons événements qui arrivent dans nos vies.

Julie : La gratitude au quotidien! Quelle belle idée avec le mudra du lotus (padma mudra) un mudra qui ouvre le cœur. Un mudra équilibré qui nous ancre à la fois à notre terre qui nous nourrit. Ce Mudra, crée dans ce cas une circulation d’énergie entre les éléments, et plus particulièrement entre l’élément liquide et l’élément feu (solaire), qui tous deux sont les nourritures premières de la fleur de Lotus. Sur le plan psychologique, le feu représente les passions et l’eau les émotions de tous types. Toutes passent par le cœur. Il s’agit ici de les reconnaître et d’ouvrir le cœur, pour les purifier.

Suzanne ajoute que pour accompagner une séance de yoga où ce mudra a été utilisé, la position du chameau est une position géniale pour ouvrir le cœur à la gratitude. La position du chameau (Ustrasana).

Cette position qui peut faire peur de prime abord offre une grande possibilité d’ouverture. Les étirements de cette position amènent un assouplissement de la colonne vertébrale, elle permet aussi de stimuler les organes internes qui sont dédiés à la digestion. Cette position pourrait aussi être un support lors des menstruations difficiles de certaines femmes.

Ce qui amène Julie à dire toute la gratitude d’être une femme, ici au Québec. « Je pense que c’est une belle place pour être née femme, rien n’est parfait, mais on a une facilité de parole, d’action et nous pouvons plus aisément faire des choix qui concernent notre santé, notre avenir et ce, en sécurité. »

Tout le long du mois dans les cours de Yoga Rondeurs on pourra s’amuser à décortiquer et à apprivoiser notre « chameau intérieur ».

Pour appuyer ces ouvertures et ces connections entre tous les éléments qui nous entourent et pour respirer le plus profondément dans la gratitude, on vous propose l’huile essentielle « Breath » de doTerra. Une huile qui vient supporter le système respiratoire avec ses huiles de menthe poivrée, d’eucalyptus, de cardamome entre autres. C’est une huile essentielle est parfaite en début de saison plus froide, car elle nous réchauffe. On peut la mettre dans notre diffuseur à la maison ou encore l’appliquer de façon topique sur la poitrine ou encore sur les poignets, juste avant une séance, pour sentir son odeur et en avoir les bienfaits lors de la prise du padma mudra.

Octobre est un beau mois. Un mois de couleurs, d’ouverture, de gratitude.

Namasté!

Julie Deblois

Professeur en formation


Vous souhaitez savoir comment vous procurer cette huile essentielle,
n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse courriel suivante : yogarondeurs@gmail.com.

Expiration de septembre

 

Il est bien important d’expirer pour inspirer…

Bien souvent, on inspire la paix, l’amour, le bien-être, on s’imagine que le meilleur circule avec le souffle qui parcourt l’intérieur de notre corps.

Comme on veut inspirer en début de mois, nous trouvions important d’expirer vers la fin du mois. Afin de bien faire circuler l’énergie, il est bon de ne pas accumuler de tensions et l’expiration est un bon moyen de le faire.

Nous pouvons dès maintenant regarder derrière nous et voir que ce mois de rentrées diverses est presque terminé. Nous avons repris le rythme de nos vies souvent bien actives.

Nous pouvons tous ensemble expirer le stress et les appréhensions que nous avions, tout juste avant de commencer de nouvelles choses ou encore de reprendre certaines routines laissées de côté pour faire place à la farniente de l’été.

Expirer le vol des oiseaux migrateurs qui passent au-dessus de nos demeures pour nous laisser à l’hiver qui vient.

Expirer tout ce qui nous a drainé de l’énergie pendant ce mois de septembre caniculaire.

Expirer pour mieux inspirer.

Inspirer la joie de voir toutes les couleurs s’installer dans les arbres que nous croisons, inspirer le pull si confortable que nous ressortirons pour humer l’automne qui arrivera certainement.

Expirer pour faire de la place à tout cet air neuf qui viendra avec la nouvelle inspiration du mois, dès le début octobre.

C’est un rendez-vous!

Namasté!

Julie Deblois

Professeur en formation 

 

 

Mots Sanskrits

Sanskrit verse from Bhagavad Gita

Certains professeurs de yoga refusent carrément d’utiliser des mots en Sanskrit dans leurs classes (arguant une appropriation culturelle), alors que d’autres se font un « malin plaisir » en nommant toutes les postures en Sanskrit, …du vrai chinois… euh… Sanskrit.

Les premières classes auxquelles j’ai assistées semblaient avoir trait à l’apprentissage des postures, ce qui me semblait bien normal, mais aussi à apprendre le lexique de la pratique. Des termes comme asâna (posture), prânâyâma (contrôle du souffle), dhristi (attention visuelle), semblaient voler autour, alors que tout le monde hochait la tête avec attention, rendant les premières classes intimidantes, à bien des niveaux…

En m’observant comme professeur maintenant, je découvre à ma grande surprise, que j’utilise plusieurs termes Sanskrit dans mes classes, ce qui est d’autant plus fascinant puisque je dois bien l’avouer, j’ai eu quelques difficultés avec l’examen des postures en sanskrit, lors de ma formation professorale … 😉

Ceci dit, ne vous inquiétez pas! Parler ou comprendre le Sanskrit n’est absolument pas nécessaire pour pratiquer le yoga (bien que, comme dans n’importe quelle langue, il y ait une signification particulière dans de nombreux mots qui amènent une compréhension complémentaire du principe évoqué).

Au fil du temps, je gage que vous commencerez à reconnaître et même utiliser les termes Sanskrit que vous aurez découverts dans vos classes.

Mais avant d’avoir envie d’amener votre traducteur pour la nouvelle session de yoga qui s’amorcent, ou si vous avez envie d’un faire un petit saut dans ce merveilleux monde du Sanskrit, voici une courte liste de termes que vous entendrez sûrement dans votre pratique :

15 TERMES COURANTS DE YOGA

Ahimsha : Non-violence. Première attitude sociale dans la philosophie du yoga proposé par Patanjali (yama).  Ce mot signifie aussi bienveillance, considération, respect des différences, envers les êtres, les choses et soi-même.  Ne pas faire de tort aux autres, ni à soi-même, en pensée ou en action. Un beau programme, non?

Asana: Asana signifie «posture assise» ou «posture» et est souvent placé à la fin d’un nom de posture spécifique, comme adho mukha svanasana (posture du chien tête en bas) et shavasana (posture de repos).  Il s’agit du plus connu des membres du Yoga en Occident, pourtant le 3e membre d’une série de 8 membres dans l’Ashtanga Yoga.

Ayurvéda : En sanskrit,  » Ayur  » signifie la vie, et  » Veda  » la science ou la connaissance. Créée par les Sages de l’Inde classique, l’Ayurvéda peut donc se traduire littéralement par « connaissance de la vie ou de la longévité « . La particularité de l’Ayurvéda est celle d’une médecine holistique. Mais bien plus qu’un système de santé, c’est un art de vivre complet qui prend en compte tous les aspects de l’être humain, de ceux, plus abstraits et transcendantaux, de l’existence, jusqu’à ceux, plus matériels et concrets, du corps physique. C’est un moyen de comprendre sa vraie nature en profondeur.

Drishti: Le regard yogique ou l’attention concentrée. Alors que vos apprentissages anticipés se concentreront sur le positionnement du corps, vous apprendrez vite que, lorsque vous dirigez votre regard, vous jouez un rôle important dans la maîtrise d’un asana et de la méditation. Ce sera l’une des directions clés que vos professeurs de yoga vous conseilleront pendant les cours, notamment dans certaines positions d’équilibre comme l’arbre ou le guerrier III.

Doshas:  Les trois énergies vitales combinant les 5 éléments (espace, air, feu, eau, terre) que l’on retrouve dans l’ayurvéda, y compris vata (le mouvement), pitta (la transformation)  et kapha (la préservation).  Les doshas sont responsables des processus physiologiques et psychologiques. Leur déséquilibre est considéré comme la cause des maladies.

Karma : Définir le mot Karma en un paragraphe n’est pas si simple. D’abord, il y a le mot Karma et le concept de la roue du Karma.  A lui seul, on pourrait écrire des pages et des pages à son sujet. Le mot Karma veut dire l’action.  Cette action engendre des fruits (phala), des traces (âshâya) et des habitudes (samskara) qui nous fait refaire une action.  Or, si on change l’action de manière intentionnelle ou pas(Karma), d’autres fruits… d’autres traces… d’autres habitudes se manifesteront…  De quoi vouloir choisir nos actions judicieusement…

Mantra: Le mantra est une formule condensée constituée d’une série de sons répétée de nombreuses fois suivant un certain rythme. Ce terme provient du verbe Sanskirt « man » signifiant « penser » et de « trâna » qui veut dire « protection ».  Le mantra est donc une formule mentale qui protège et que l’on utilise notamment avec les postures de yoga, ou durant la méditation, afin de calmer le mental.

Mudra: Le terme « mudra » vient du sanskrit et signifie « sceau ». Mais si on le décompose, il est intéressant de noter que le mot « mud » signifie joie, et « ra », déclencher.  Il s’agit généralement d’une posture statique du corps ou de gestes de la main qui visent à favoriser une stabilité mentale. Ils nous permettent de tirer parti de nos dix doigts pour faire entrer davantage d’énergie dans notre vie, apaiser le corps comme l’esprit et venir à notre secours pour régler des problèmes précis.

Patanjali: Le nom d’un Sage à qui l’on attribue plusieurs ouvrages: la grammaire sanskrite, les Yoga Sutra (philosophie du yoga) ainsi que l’ayurvéda (médecine indienne).  Certains spécialistes pensent qu’il aurait vécu au 2ème siècle av. J. -C., ce qui pourrait faire de lui un personnage de la Renaissance. Comme le mentionnait Richard Rosen dans son article du 23 juin 2015 dans le magazine Yoga Journal France : « À l’ère des professeurs superstars et leurs écoles de yoga éponymes, il semble étrange d’en savoir si peu sur Patanjali. Mais l’anonymat est une des caractéristiques des grands sages de l’Inde ancienne. Ils estimaient que leur enseignement était le résultat d’un effort collectif sur plusieurs générations et refusaient de s’en attribuer tout le mérite. Ils préféraient souvent attribuer le travail à un autre maître plus âgé. »  Inspirant, non?

Prânâyâma: La respiration contrôlée et le souffle dans le yoga. Il constitue la 4e branche du yoga. Ce terme est constitué des mots « prana » qui se traduit par énergie et « ayama » que l’on peut traduire comme vitalité. Comprendre et maîtriser prânâyâma est aussi important que de maîtriser les exigences physiques des asanas et des autres branches du yoga. Par  contre,  il  ne  faut  pas  penser  seulement  en  terme  de  dynamisme  et  de  performance  mais  de  gestion   du  souffle  qui  engendre  la  gestion  du  mental  (calme, puissance,  équilibre). Donc  des techniques  aussi  bien  pour  dynamiser,  que  pour  détendre,  ou  pour équilibrer. On  pense  aussi  à calmer  les  émotions  ou  restreindre  les  aspects  sensoriels avec le prânâyâma, car plus une personne respire profondément,  totalement,  plus  elle  se  sent  vivante et  sensitive.

Savâsana: Vous reconnaissez quelque chose à propos de ce mot? Asana à la fin?  Savasana est  connue sous le nom de posture du cadavre (beurk! – mais il y a quand même une idée intéressante derrière cette appellation… on y reviendra…).  Cette posture est essentiellement  une pose de relaxation traditionnellement réservée pour la fin de votre pratique. Lorsque vous entendez ce mot, préparez-vous à vous installer et à relaxer en accueillant les bienfaits de la pratique que vous venez de faire.  La posture où souvent l’on soupire d’aise…

Shanti:  Étymologiquement, « shanti » signifie la paix. Om Shanti est un mantra simple que l’on récite  soit :  pour apaiser notre intérieur et laisser apparaître la PAIX en soi, ou pour célébrer la paix qui est en soi…… après une pratique, par exemple.

Sthira et Sukha : Dans le chapitre II, à l’aphorisme 46, Patanjali définit la posture par la présence simultanée de deux qualités : Sthira sukham āsanam (ferme et confortable devra être la posture). Sthira signifie fermeté, stabilité. Sukha se rapproche du bien-être et du lâcher prise. L’un et l’autre sont intimement liés, de sorte que l’un n’est parfait qu’en présence de l’autre : « C’est l’attention sans la tension, la détente sans la mollesse », selon le commentaire de T.K.V. Desikachar. Ce principe de Sthira et Sukha est souvent proposé autant sur le tapis de yoga que dans la vie de tous les jours…

Ujjayi: Parfois appelé le souffle de l’océan, le sifflement ou le souffle du victorieux. Ujjayi est un type de prânâyâma qui nous permet d’allonger le souffle et qui utilisé durant la pratique de yoga.

On pourrait continuer encore avec Dharma, Moskha, Sankalpa, Samtosha, Viniyoga… etc. On en reparlera, c’est certain.  Mais d’ici là, n’hésitez pas à vous inscrire à notre infolettre pour ne pas manquer la suite : http://yoga-rondeurs.net/suivez-nous/

 

Namasté!

Suzanne Sirois

Professeur et fondatrice du Collectif Yoga Rondeurs

 

11 septembre – Une journée de partage et de beauté…

Qui ne se souvient pas de ce qu’il faisait le 11 septembre 2001. J’étais pour ma part dans ma voiture en direction de la maison après un quart de travail. Je prévoyais certainement faire du lavage ou avancer le repas du soir…  J’écoutais Indicatif Présent, une émission de radio animée par  Marie-France Bazzo, quand tout à coup le rythme de l’émission a basculé dans une émotion intense, de la stupéfaction certainement, de la panique? Peut-être bien aussi.

J’étais une jeune mère et j’étais très loin d’être intéressée par la géopolitique et si les tensions internationales arrivaient jusqu’à moi, je tournais de façon désintéressée les pages du journal pour aller bien vite à la section Arts et Spectacles ou encore aux pages de l’actualité québécoise.

Le 11 septembre 2001 a été la journée où j’ai commencé à prendre le pouls du monde de façon plus concrète. J’avais certes marché, à l’adolescence, pour la marche 2/3 et au Cégep j’écrivais des lettres pour des prisonniers que parrainait Amnistie Internationale, mais même si mes actions semblaient concrètes, tout ça se passait bien loin. Cet ailleurs semblait me protéger et protéger les miens de toutes les horreurs.

Ce matin-là de septembre, j’ai pris conscience du poids de nos actions, et de nos inactions surtout, j’ai alors compris qu’elles avaient des incidences sur la vie quotidienne des gens bien loin de moi. J’ai aussi appris de nouveaux concepts, même si j’en connaissais le vocabulaire ; comme « radicalisation » et « terrorisme » entre autres.

J’ai alors compris que mon monde changerait et j’ai aussi appris qu’ailleurs c’était bien pire encore.

Cet événement, bien que terrible, bien qu’effroyable, bien qu’hallucinant de haine, m’a ouvert le cœur et l’âme à l’autre, l’étranger, à ce voisin qui vient de loin, mais à celui aussi qui vient de la même place que moi et à qui je n’avais jamais parlé, je n’avais jamais essayé de bâtir des ponts entre mes croyances, mes peurs, mes désirs, mes rêves et les leurs.

J’ai eu une envie, une soif même de connecter avec l’humain en chacun de nous. Les images ont été assez puissantes pour que je les revoie clairement, juste en fermant les yeux si j’y pense. 16 ans après, je me souviens du lieu, des impressions et de mes frissons aussi.

  1. Il fallait que je fasse quelque chose, mais quoi? Au-delà de l’ouverture aux autres, de l’envie d’apprendre et de comprendre pourquoi ces choses arrivent. Quoi faire pour rendre le monde meilleur. Plus beau?

C’est à l’été 2002 que je suis tombée sur un encart quelque part (je ne rappelle plus où, ni qui) qui appelait tout le monde à faire un « attentat terroriste ludique et poétique » pour que le 11 septembre soit aussi un jour de partage et de beauté. Il suffisait de prendre un livre qu’on aimait dans notre bibliothèque, d’y écrire une dédicace et de le laisser sur un banc de parc, d’autobus, de train… Sur la table d’un café même.

J’ai répondu à cet appel et depuis le 11 septembre 2002, tous les ans je laisse trainer un livre. Je fais mon « attentat ludique et poétique », je dédicace un livre qui m’a touché et je le fais voyager à la rencontre de l’autre.

Et si on s’y mettait tous ensemble?

Je rêve de trouver un jour, un de vos livres dédicacés à la beauté du monde et de connecter avec ce qui vous touche.

Namasté!

Julie Deblois,

Blogueuse Yoga Rondeurs 

Inspirations yogiques de septembre

Avec mes amies et collaboratrices nous nous sommes rencontrées afin de discuter de ce que leur inspirait le mois de septembre.

La discussion s’est déroulée rondement, il faut dire que le mois de septembre est un mois inspirant! Pour bien des gens c’est le mois où c’est la mise en œuvre de nouveaux projets, l’intégration des routines et la rentrée scolaire ou tout simplement la fin des vacances d’été.

C’est avec une boisson chaude par un matin frisquet qui annonce les jours frais que l’automne amènera bientôt que nous nous sommes entretenues sur la posture et le mudra du mois, ainsi que d’une huile essentielle qui assurément pourra solidifier tous les bienfaits que cette position et ce mudra apporteront dans ce mois rempli de mouvements.

Suzanne : Septembre commence une saison qui est dominée, selon la médecine Ayurvédique, par l’énergie « vata » (association du vent et de l’espace – autrement dit le principe de mouvement constant) qui apporte bien souvent son lot d’anxiété, de sommeil plus léger et une impression de manque d’enracinement.

Pour aider à contrer ces effets, la position de la déesse (Utkata Konasana que l’on appelle aussi Durgasana) est une position intéressante  à pratiquer, car elle permet de s’ancrer dans le présent, de trouver l’équilibre et de tonifier le corps. C’est une position ferme et équilibrée qui permet presque de sentir ses racines pousser dans le sol. S’enraciner dans une période intense de renouveau et de projets est une bonne idée pour rester au contact de soi.

Julie : J’ai trouvé un mudra vraiment associé à cette position et c’est un mudra facile à faire qui permet de rester focalisé. C’est le mudra Pran, que l’on appelle aussi le mudra de la vie. C’est là que je démontre le mouvement des doigts. Il ne suffit que de rassembler l’annulaire, le petit doigt ensemble sur le pouce et de laisser l’index et le majeur ensemble vers l’extérieur, collés-serrés (pas en forme de peace and love). Ce mudra procure un calme intérieur et favorise la persévérance et de la confiance en soi profonde. On peut dire à voix haute ce mantra qui lui est associé : Mon feu intérieur me remplit, me fortifie et me montre mes facultés et mes possibilités.

Josée : J’adore ce mudra et le pouvoir puissant qu’il véhicule! Avec la déesse qui est déjà une position de puissance et d’ancrage, je trouve que c’est une association gagnante qui pourrait être renforcée avec le mélange d’huile essentielle Balance de dôTERRA qui contient des huiles qui travaillent sur le système nerveux central, il aide à calmer l’anxiété et permet d’équilibrer les émotions. Il est fait entre autres de camomille bleue et d’encens. Ce mélange répond bien aux besoins des mois d’automne (vata).

Julie : J’adore cette odeur en plus, tu ferais comment Josée pour l’utiliser dans une séance de yoga?

Josée : Je proposerais de masser la plante des pieds avant une séance.

Suzanne : C’est drôle mais, moi j’en mettrais à l’intérieur des poignets avec le mudra et des mouvements de bras dans la déesse, ça permet d’être en contact avec l’odeur plus souvent.

Josée : Bien sûr, c’est une excellente idée! De toute façon, l’odeur reste dans les mains. Les deux façons sont parfaites. Inhalation ou application sur la peau.

Julie : Wow les filles! On dirait bien qu’on a un mix parfait pour le mois de septembre. On va travailler sur nos racines, sur notre ancrage et notre persévérance. On se revoit le mois prochain pour trouver un autre beau mélange ensemble!

Venez essayer tout ça dans nos classes de Yoga Rondeurs en septembre.


 Julie Deblois, Professeur en formation

En collaboration avec Josée Filion, Professeur en formation

et Suzanne Sirois, Fondatrice du Collectif Yoga Rondeurs.


Vous souhaitez savoir comment vous procurer cette huile essentielle,
 n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse courriel suivante : yogarondeurs@gmail.com.

Comment le stress affecte notre cerveau?

Alors que la rentrée approche à grands pas, que les activités professionnelles reprennent leur cadence, trop souvent effrénée, nous vous invitons à visionner cette vidéo qui décrit remarquablement bien les conséquences du stress sur le cerveau.

Il est clair que les effets du stress sur le cerveau sont importants, engendrant des comportements épuisants et durables.

Ceci dit, ce n’est pas une fatalité! La pratique de la méditation et de la pleine conscience que l’on développe avec le yoga apporte une réponse éprouvée contre le stress continu. Aussi, bien que la saison métro-boulot-dodo approche à grands pas, nous vous invitons à prévoir un moment anti-stress dans votre quotidien.

Qui dit SEPTEMBRE, dit instauration de nouvelles habitudes, de nouveaux rituels…  Et ceux-ci pourraient être choisis pour contrer les multiples conséquences du stress chronique.

« Ne vous laissez donc pas abattre par les pressions de la vie quotidienne. Contrôlez votre stress avant qu’il ne vous contrôle. »

Pour se calmer, s’apaiser, s’observer…

Découvrez les nouvelles sessions de YOGA RONDEURS qui débuteront en septembre dans plusieurs villes du Québec. 

Voir notre calendrier : http://yoga-rondeurs.net/events/2017-09/

 

____________________________________

Un billet de Suzanne Sirois

NAMASTÉ!

Prenez bien soin de votre cerveau! 😉

 

Claudie Verreault – une passionnée à découvrir

Avant de faire du yoga, je pensais que le yoga n’était pas pour moi. Je pensais qu’il était fait pour les autres, les gens  plus en forme, plus souples et plus habiles que moi ! J’ai été vraiment étonnée dans ma première classe de constater que le yoga avait une philosophie d’accueil et d’amour de soi tellement ancrée profondément, que je me suis sentie forte, puissante et je me suis sentie à ma place enfin dans une activité ou mon corps était sollicité.

Depuis mes découvertes vis-à-vis l’esprit, du yoga ne cesse de m’étonner et de me ravir, en plus je rencontre des gens passionnants et aujourd’hui j’aimerais vous présenter une de ces personnes qui font du monde du yoga un monde merveilleux d’amour et d’accueil.

Vous serez comme moi très impressionnés par la fougue et la passion qui l’anime.

Claudie a commencé à faire du yoga après un accident de voiture qui l’a laissé vraiment mal en point et avec des douleurs récurrentes et chroniques. Elle a des limitations qui l’amènent à devoir adapter beaucoup de positions ou même ne pas avoir la capacité d’en faire certaines. Le yoga lui apprend chaque jour à observer et à ressentir ce qui est présent, sans jugement et avec le plus de douceur possible à accepter ce qui lui arrive.

Ayant eu à faire des adaptations pour elle-même et avoir fait une recherche du mieux-être dans les mouvements, elle s’est dit qu’elle pourrait devenir enseignante et s’adapter à différentes clientèles, qui auraient besoin d’adaptation. Elle s’est intéressée à toute sorte de clientèle et travaille présentement avec des gens qui ont une maladie dégénérative ou encore un trouble dans le spectre de l’autisme. Elle s’est même associée avec une ergothérapeute afin de monter un programme de yoga pour bien cerner les besoins et les défis de cette clientèle.

Elle a suivi dernièrement une formation pour enseigner Yoga-Rondeurs. Elle est impatiente de commencer une classe, afin d’approfondir ses connaissances et aussi partager sa passion du yoga avec des femmes et des hommes qui ne se sentent pas à l’aise d’aller dans une classe de yoga régulière.

Claudie offrira une classe de Yoga-Rondeurs gratuite à Repentigny le 20 septembre prochain (Suivre le lien ci-dessous).

Animée de l’esprit du viniyoga qui dit : « Le yoga doit s’adapter aux gens et non les gens au yoga » Claudie a tout ce qu’il faut pour que quiconque puisse avancer dans une classe de yoga-rondeurs avec confiance. Elle est remplie de « l’esprit yoga » qui est très loin du dogme de performance. Elle est aussi la démonstration parfaite qu’on n’a pas besoin d’avoir tous le même corps et la même forme physique pour enseigner une classe de Yoga-Rondeurs.

Claudie est une de ces professeurs de Yoga-Rondeurs avec qui j’ai hâte de faire des mouvements sur mon tapis.

Et vous?

Classe gratuite – 20 septembre: http://yoga-rondeurs.net/event/repentigny-19h-classe-gratuite/

Session débutant le 27 septembre: http://yoga-rondeurs.net/event/repentigny-19h-2/2017-09-27/

Prochaines classes de Claudie

NAMASTÉ!

Julie Deblois

Blogueuse – Yoga Rondeurs

À bas la routine!

Si comme moi, vous avez l’impression que l’été file à la vitesse grand V, ce billet vous incitera peut être à mettre un brin de folie et davantage de yoga dans votre quotidien…

Je me suis intéressée au sujet après avoir lu récemment que l’on peut avoir l’impression que le temps passe très vite quand notre vie est plutôt routinière et que l’on est sur le pilote automatique.

Souvenons-nous des longs étés de notre enfance où l’on était occupé à jouer et découvrir la vie…  Certes, techniquement parlant, il n’est pas possible de ralentir le temps, mais la science prétend que l’on peut ralentir notre perception du temps.

Quand le monde devient plus familier notre cerveau a moins de nouvelles informations à enregistrer et le temps s’évapore, selon le neuroscientifique David Eagleman. Ses recherches ont démontré que le temps est quelque chose de flexible, lié à la mémoire et que plus nos mémoires sont détaillées plus nous aurons l’impression que le moment aura duré longtemps.

À BAS LA ROUTINE!

Et si on mettait de la vie dans notre vie? Et si on faisait plus en étant plus présents?  Et si on savourait la vie?

En choisissant de remplir notre été de diverses aventures, de petits détails, d’une promenade quotidienne, de douces folies, d’exercices en pleine conscience, d’une longue séance de yoga, d’un tour dans la nouvelle grande roue de Montréal, on risque même d’avoir l’impression que l’été n’en finit plus et peut être même d’avoir hâte à la rentrée (…hummm, 😉 ça j’en doute un peu).

Convaincu…? Je l’espère bien!

NAMASTÉ!

Suzanne Sirois

Posture du mois d’août 2017 – Shukhâsana

Shukhâsana  (la posture confortable) – Drôle de posture du mois vous me direz… C’est vrai que ce n’est pas le défi le plus cardio que nous vous aurons proposé cette année.  Pourtant selon moi, c’est tellement un bon moment pour l’approfondir durant l’été, où il est bon de prendre du repos, de cultiver l’art du farniente.

En sanskrit, Shukha veut dire facilité, aisance, confort, bonheur, paix, relaxation…  Cette définition donne vraiment le ton de la posture à adopter pour la méditation.

Ce mois-ci, dans nos classes YOGA RONDEURS, nous découvrirons les postures à adopter qui nous conviendront le mieux pour la méditation, que ce soit, sur une chaise, un ballon, couché au sol, etc.  Car, après tout, la bonne posture de méditation pour nous, sera celle dans laquelle nous sommes à l’aise d’y rester durant un certain temps sans être perturbé par les malaises dans le corps.

Ceci dit, la posture telle que dessinée par Maude sera abordée durant nos classes du mois d’août, car elle procure de nombreux bienfaits physiques, émotionnels ou mentaux, à savoir :

  • Amplifie la sensation de sérénité et de tranquillité
  • Permet aux clavicules et à la poitrine de s’ouvrir
  • Calme le cerveau
  • Réduit le stress et l’anxiété
  • Élimine la fatigue mentale et physique
  • Améliore l’alignement du corps et la posture générale
  • Allonge la colonne vertébrale
  • Ouvre les hanches
  • Renforce le dos
  • Sert d’étirements pour les chevilles et les genoux

On pourra découvrir aussi des astuces qui aideront à rendre Shukhâsana plus simple, tel que :

  • Utiliser un coussin ou un tapis de yoga épais (ou un bloc de yoga en mousse) pour être plus confortablement installé
  • S’asseoir près d’un mur, en s’assurant que le mur soit un peu plus proche que la longueur d’un bloc de yoga afin de coincer le bloc entre vos omoplates et le mur pour plus de soutien
  • Placer une couverture pliée sous vos hanches ou vos genoux.

Avez-vous remarqué le bol de bleuet sur le dessin de Maude? Les bleuets frais du Québec sont au menu en août, pour la plupart de nous. En plus d’être reconnu pour ses vertus antioxydantes, j’ai appris, il y a quelques années, que ce fruit symbolisait la joie.  Je profite pour vous en souhaiter beaucoup durant le mois que s’amorce.

BON MOIS D’AOÛT!

P.S. : N’oubliez pas de changer le croisement des jambes pour équilibrer l’ouverture des hanches dans cette posture.

NAMASTÉ!

Suzanne

Contactez - Nous