3 mars 2017 Suzanne Sirois

Profil de yogini – José Malo

J’ai rencontré José dans mes cours de yoga chez Yoga-Rondeurs. Elle a tout de suite été un modèle, par son aisance et la façon dont elle aborde le yoga. Je pensais qu’elle en faisait depuis tellement longtemps! Eh bien non, elle en fait depuis moins longtemps que je ne le croyais. Ça fait trois ans plus ou moins qu’elle fréquente les classes de Suzanne Sirois dans divers studios de la région montréalaise.

Laissez-moi vous présenter José et ce qu’elle m’a laissé connaitre d’elle :

La vie adulte de José a été comme celle de bien des femmes que je connais, centrée sur le bien-être des gens qu’elle aime.

17141228_1415977215113223_1398224357_nElle s’est donnée entièrement dans sa vie de mère, de conjointe et elle a aussi été responsable de l’auberge de jeunesse à Tadoussac et de ce fait, a été à l’écoute et proche de la clientèle qui était soit touristique ou locale, pendant les mois d’hiver. Connaissant son sens de l’organisation et sa générosité, elle devait y mettre tout le soin nécessaire et tout le monde devait partir de là, le sourire aux lèvres!

Elle est revenue à Montréal pour s’occuper de sa mère qui était en fin de vie et du même coup de sa fille qui vivait en même temps une grossesse difficile qui s’est terminée par un accouchement qui l’a été tout autant, avec en prime une petite fille qui est née malade. Finalement sa fille et sa petite fille sont sorties de l’aventure en bonne santé et comme elle le dit si bien, le cours normal de la vie est arrivé dans le bonheur malgré la mort de sa maman.

Était par contre venu le temps de prendre soin d’elle. Elle en a fait en quelque sorte, sa nouvelle mission de vie.

Comme elle a toujours été une femme active, même sportive à certains moments de sa vie, il était bien évident qu’elle le ferait, mais en bougeant.

En ayant cette optique en tête, quand elle a vu que la boutique Sportive Plus offrait des ateliers de Yoga-Rondeurs gratuitement, elle a eu le goût d’essayer.

Ayant peu d’économies, cette option gratuite de bouger est arrivée avec une synchronicité qui répondait exactement à ce dont elle avait besoin. Elle a répété l’expérience toutes les semaines et a poursuivi depuis à faire du yoga chez Yoga-Rondeurs. Elle n’a jamais été embêtée par l’optique « rondeurs » dans le nom. Elle a toujours eu un format qu’elle nomme elle-même « hors standard » et n’a jamais été ralentie ou exclue dans aucune activité pour ça. Elle n’en a rarement fait de cas et s’en tire assez bien au niveau de l’acceptation physique.

Quand je lui ai demandé pourquoi le yoga, elle qui semble si énergique, elle qui me fait l’effet d’une bombe d’énergie et que je verrais très bien sur un court de squash, m’a dit que le judo qu’elle a fait pendant plusieurs années l’a probablement préparé à cette discipline. Elle aimait autant le côté physique et sportif de ce sport que le côté spirituel et rituel du judo. Les salutations, la sagesse orientale par exemple.13921178_10154424823827774_1477098031306673097_n

Le yoga n’était pas non plus inconnu pour elle, car sa mère et ses tantes en ont fait bien avant que la mode « Lululemon » et du yoga chaud arrivent en ville! (C’est Suzanne Piuze qui a fait connaitre le yoga au public par des émissions à la télévision et écrit plusieurs livres vers la fin des années 60 et qui, dans les années70 a fondé un centre de yoga où elle a formé des professeurs de yoga dans la lignée du Hatha yoga.)

Pour José donc, cette discipline s’est imposée avec douceur, sans avoir besoin de pousser, de forcer quoi que ce soit. C’est pour elle une façon de prendre contact avec elle qui s’est souvent oubliée à travers les années. Il est important pour elle d’en faire au moins deux fois par semaine en studio et elle a pu en plus acquérir une base de pratique personnelle lors d’un cours donné par Suzanne Sirois en ce sens, l’an dernier.

En ce moment, elle poursuit sa démarche personnelle en suivant un cours professoral de yoga qui se terminera en 2019.

À la question : « Que vois-tu pour la suite des choses en yoga? »

La réponse est simple : la suite c’est la poursuite de ce qui est en ce moment, sans pression de finalité. Pour elle, le yoga s’inscrit dans une démarche plus large, plus globale dans l’optique de prendre soin d’elle. Que ce soit avec la clinique Muula pour bien comprendre sa relation avec la nourriture, qu’en marchant dehors tous les jours, le yoga elle le fait pour elle. Pour développer sa relation avec elle-même. Il se peut qu’elle devienne enseignante avec le temps, mais pour l’instant, le cours professoral c’est une façon d’ajouter une compréhension plus profonde dans sa pratique.

Je lui souhaite de tout mon cœur de rester en contact avec ce désir profond de prendre soin d’elle, parce que bien sûr qu’elle continue de prendre soin de ceux qu’elle aime et la connaissant, elle ne le fait pas à moitié!

Je suis reconnaissante d’avoir pu connaitre un peu plus cette dame énergique et je lui dis « Namasté » et à bientôt!

J’espère que vous avez apprécié cette rencontre autant que moi et qui sait, peut-être que c’est vous un jour que j’irai rencontrer pour mieux vous connaitre dans votre pratique!

Om Shanti!16237487_10154374049848528_26819905_n

 Julie Deblois

Étudiante, Formation professorale chez Yoga Rondeurs

Tagged: , , , ,