On se garde au chaud avec Surya Bhedana

Voici une invitation à se garder  au chaud avec Surya Bhedana, la respiration solaire.  Relié à cet astre qu’on «aime d’amour» et qui est moins présent en ce moment, la respiration SURYA BHEDANA aide certainement à rester positive et en bonne santé physique et mentale durant la saison froide.

Surya désigne soleil en sanskrit, et Bhedana percer, passer à travers. Cet exercice respiratoire (prânâyâma) est clairement puissant car il agit à travers le canal d’énergie relié au soleil, que l’on appelle «Pingala», ou bien «Surya Nadi».

Avant d’évoquer les modalités de Surya Bhedana, il est intéressant de reluquer les bienfaits qui nous inciterons à aller au-delà de l’aspect technique qui peut sembler alambiquée quand on la pratique pour la première fois.

Bienfaits invitants…

Surya représente le côté masculin, le cerveau gauche, l’esprit de synthèse et le côté rationnel.  Pratiquer cette technique nous permet de se mettre en lien avec la lumière, le soleil, le chaud, ainsi que la qualité rajasique (action, énergie, passion).

Spécifiquement, les bienfaits de ce prânâyama sont les suivants :

  • Réchauffe l’organisme
  • Régule le stress en revigorant le système nerveux
  • Stimule l’intellect
  • Développe la concentration, la vigilance et
  • Soutient la digestion
  • Active rajas
  • Développe la résistance, la ténacité, l’audace, la détermination et l’extraversion

Convaincue de l’essayer?  Passons à la technique…

Lorsque l’on pratique Surya Bhedana, chaque inspiration se fait donc par la narine droite (freinée ou pas). Il y a une courte rétention à poumons pleins. Pour l’expiration, il existe plusieurs possibilités (libre, ujjayi, narine gauche freinée ou pas, narine droite, etc.).  Il n’y a pas de rétention à poumons vides.  Vous l’aurez compris, il y a une multitude de possibilités de pratiquer Surya Bhedana.

Voici par exemple un rythme qui réchauffera l’organisme assurément :

Débutez par quelques respirations longues et calmes avec la respiration Ujjayi (environ 6)

  • INSPIRATION : Inspiration par la narine droite durant 6 secondes
  • RÉTENTION PLEIN: retenir le souffle (poumons pleins) pendant 4 secondes
  • EXPIRATION : expirer en Ujjayi sur 6 secondes
  • RÉTENTION VIDE : Pas de rétention à poumons vides

On pourra répéter ce cycle 12, 24 ou 36 fois.

Il est recommandé de compléter avec 6 respirations libres par les deux narines afin de rééquilibrer la circulation énergétique.

NOTE : Vous l’aurez compris, cette technique n’est pas indiqué durant l’été, quand nous sommes très agitées, ni au moment d’aller au lit.

La saison froide n’est pas obligée d’être pénible… Loin de là!  Et je suis persuadée que cette technique de respiration saura vous aider à l’aborder avec plus de chaleur, de paix et de joie.

 

NAMASTÉ!

Suzanne

SAISON VATA – Astuces yogiques et ayurvédiques pour l’automne

Ça y est, l’équinoxe de l’automne vient de passer et nous nous dirigeons tranquillement vers la saison Vata en Ayurvéda. D’un point de vue énergétique, l’automne représente une transition entre la vitalité exubérante de la nature durant l’été et son repos en hiver.

En écoutant la nature, on se rapproche de notre propre nature

La saison Vata est là et elle nous le rappelle par ses manifestations « mouvementées » :  vent, tempête, bourrasques, chute des feuilles, chute des fruits, air plus frais…

Alors que l’environnement se prépare à ralentir, les feuilles des arbres à mourir, il est peut-être aussi le temps de savourer nos récoltes de l’année, dans tous les sens du mot…, et de profiter des bienfaits de l’ancrage, de la gratitude et du repos.

C’est fou, comme on s’y prépare le plus naturellement du monde, en plus…

Tout d’un coup, on a envie de potages, de tartiflettes (un must!), de tisanes, de lait doré, de douceur, de cocooning…

Vata, c’est le principe naturel du mouvement. Cette dynamique qui anime tant le corps physique que l’esprit et les sens. On lui associe les caractéristiques suivantes : vent, froid, légèreté, subtilité.

Le tout pouvant provoquer de la nervosité, de l’anxiété, de l’agitation, de la constipation, des douleurs arthritiques, de la fatigue, de l’insomnie, de la confusion et de la peur notamment.

On soigne par les contraires

Comme l’Ayurvéda soigne par les contraires, il sera donc intéressant d’opposer en saison Vata :

  • la sécheresse du vent > l’onctuosité
  • au froid > le chaud
  • à la légèreté > l’ancrage
  • et à la subtilité > la densité

Astuces

Allons maintenant un peu plus loin en ajoutant les astuces yogiques et ayurvédiques pour la saison Vata :

  • Rythmer son quotidien le plus possible en décidant de petites routines agréables.
  • Commencer sa journée avec une tasse d’eau chaude additionnée de gingembre, citron et un soupçon de miel.
  • Se lever tôt le matin et pour faire régulièrement du yoga, ne serait-ce que 5 minutes (nous avons une séance énergisante de 5m6s sur notre Espace Yoga Rondeurs (https://espace.yoga-rondeurs.net/) que l’on appelle Énergie Instantanée – elle fait partie de ma routine matinale depuis que le temps est plus frais).
  • Prendre des marches dans la nature ou aller cueillir des pommes…
  • Effectuer de douces séances de yoga et de méditation qui ancrent et qui supportent un bon équilibre intérieur et articulations fluides. Des âsanas qui agissent sur l’énergie descendante (âpana) ainsi que des torsions.  Des exercices de respiration qui équilibrent et qui réchauffent légèrement, tel que Nadi shodana, repiration abdominale, Ujjayi Samâna (inspiration et expiration égales).
  • Profiter de plus longue relaxation en fin de pratique en étant bien supporté avec des coussins et des couvertures. On peut même ajouter des poids sur l’abdomen quand on se sent plus fébrile.
  • Boire chaud ou tiède tout au long de la journée.
  • Huiler son corps avec une huile d’amande chaude et si le cœur vous en dit, on peut y ajouter une huile essentielle de basilic qui fait des miracles contre la fatigue surrénale (causée par le stress chronique).
  • Pratiquer une cohérence cardiaque le soir avant le souper pour apaiser les tensions de la journée.
  • Éviter toutes les sources de stress émotionnelles, les excès de bruit, les stimulations surtout en soirée. Entourez-vous d’odeurs, de musiques, d’images et de personnes qui vous inspirent douceur et apaisement.
  • S’envelopper d’un grand châle bien chaud, histoire de se dorloter et de se chouchouter.
  • Et à 22h, éteindre les lumières pour un sommeil réparateur.

L’idée sera ici d’apporter de la stabilité, de la chaleur, du calme et de la concentration.

L’important, comme toujours, sera surtout d’être douce avec vous-même!

À bientôt!

Suzanne

Équipe Yoga Rondeurs

 

Fières et solidaires

Du plus loin que je me souvienne, j’ai eu le conditionnement que les femmes n’étaient pas solidaires entre elles.

Des phrases telles que « Travailler dans un milieu de femmes c’est bien plus difficile que de travailler dans un monde d’hommes », « les femmes se jalousent entre elles », « y’a pas plus rabaissant pour une femme qu’une autre femme » …

Le pire avec ce conditionnement c’est qu’en étant une femme moi-même j’en étais venue à le croire, à faire mien ce conditionnement.

Il faut prendre un bras de distance et bien observer autour de soi pour réaliser à quel point c’est faux! Pourtant on répète ce conditionnement facilement!

Femmes soulevons-nous contre ces clichés qui veulent que nous rivalisions les unes et les autres! Rebellons-nous contre ces croyances qui veulent que nous nous crêpons le chignon!

Je suis entourée de femmes aimantes, qui ont de l’écoute, de l’ouverture et qui sont remplies de solutions pour que je me sente mieux dans ma vie. Je fais la même chose avec elles. Et dans l’entourage de ces femmes il y a d’autres femmes qui font la même chose et la roue tourne et tourne dans le bon sens de la vie.

Au Rwanda après le génocide les femmes se sont rassemblées et ont rebâti le pays, ENSEMBLE!

Sans aller aussi loin qu’en Afrique, regardons autour de nous toutes ces femmes formidables qui peuplent notre quotidien!

À ces collègues qui nous disent toutes les fois où elles nous trouvent belles, à cette amie qui rentre notre étiquette qui dépassait de notre chandail, à cette autre qui nous serre dans ses bras quand les mots deviennent inutiles. À toutes ces femmes qui viennent célébrer avec nous nos réussites, qui viennent offrir le vin et le réconfort lors des jours difficiles.

Regardons attentivement!

Stoppons à la source ces phrases dénigrantes envers nos sœurs d’âme!

Levons-nous à la force qui nous habite, sourions à la beauté qui nous anime, engageons-nous dans cette solidarité qui nous habite! Soyons fières d’être entre nous, engageons-nous à rester vigilantes les unes pour les autres!

Célébrons notre beauté, nos forces et cet espace qui nous est propre.

C’est ça aussi Yoga Rondeurs! Un collectif rempli de belles femmes solidaires qui, une respiration et un mouvement à la fois, font un monde meilleur d’acceptation et de dépassement de soi!

Namasté!

 

Julie 

Le gaspacho – un baume durant la saison Pitta et la canicule

Le gaspacho est ce merveilleux potage espagnol que l’on mange froid. Particulièrement apprécié durant la canicule, il devient un véritable baume en saison Pitta. À base de concombre, tomate, poivron et mie de pain relevé d’huile d’olive et d’ail, son nom, d’origine arabe, signifie « pain trempé ».


Ce temps lourd, chaud et humide. Cet été chaud comme le sud. On l’attendait depuis longtemps! L’hiver qui a été rude nous avait préparé à ce désir d’été qui nous habite depuis juin. Notre corps qui a lutté contre l’hiver contre le froid n’était pas tout à fait prêt à encaisser cette chaleur torride!

Qu’à cela ne tienne!

Il y a plus que la climatisation pour nous aider à traverser la canicule.

Manger des aliments rafraîchissants est une option intéressante.

Bien sûr, tous les melons, concombres, tomates…

Les petits fruits agrémentés de menthe aussi.

On évite les aliments lourds et évidemment boire beaucoup de liquide.

On a envie de partager avec vous deux recettes tout en fraîcheur.

Une des soupes préférées de Suzanne en fait.

Julie en fait souvent, un peu à l’aveugle, sans suivre de recette, comme elle aime aborder la vie. De façon un peu brouillonne, à l’instinct quoi!

Alors ne vous gênez pas. Changez les ingrédients que vous aimez moins par d’autres, amusez-vous avec les assaisonnements, essayez des trucs…

L’été,  c’est aussi fait pour s’amuser!


Gaspacho au melon d’eau

Ingrédients:

3 tasses de melons d’eau très froid en cubes

1 ½ tasse de tomates

1 tasse de concombre en cubes

2 cuillères à table d’oignons rouges

2 cuillères à table d’huile d’olives

1 cuillère à thé de vinaigre de vin rouge

2 cuillère à table de jus de lime

De la menthe fraîche finement hachée

Mettre tous les ingrédients dans un robot ou un mélangeur et réduire en purée lisse. Au moment de servir, garnir chaque portion de menthe fraîche. Ajustez l’assaisonnement avec du sel et du poivre.


Gaspacho aux tomates jaunes

 

Ingrédients:

8 tomates jaunes

1 ¼ de tasse de concombre pelé et coupé en dés

½ tasse d’oignon rouge coupé en dés

1 poivron jaune haché

1 gousse d’ail haché finement

1/3 de tasse de vin blanc sec

3 cuillères à table d’huile d’olive

2 cuillères à table de vinaigre de vin blanc ou vinaigre de riz

½ cuillère à thé de sel

¼ cuillère à thé de sauce tabasco (facultatif)

Couper les tomates en deux sur la largeur. Dans une passoire fine placée sur un bol, presser délicatement les tomates pour en extraire les pépins et le jus. Réserver le jus. Couper la chair des tomates en dés.

Dans un petit bol, mélanger 1/4 t (60 ml) des tomates, 1/4 t (60 ml) du concombre et 2 c. à tab (30 ml) de l’oignon rouge. Réserver pour la garniture.

Au robot culinaire ou au mélangeur, mélanger le reste des tomates, le jus réservé, le reste du concombre et de l’oignon rouge, le poivron, l’ail, le vin blanc, l’huile, le vinaigre de vin, le sel et la sauce tabasco, si désiré, jusqu’à ce que la préparation soit lisse. Verser la préparation dans un bol. Couvrir le bol d’une pellicule de plastique et réfrigérer pendant 4 heures ou jusqu’à ce que le gaspacho soit très froid.

Au moment de servir, répartir le gaspacho dans des bols à soupe refroidis. Garnir chaque portion du mélange de tomates réservé. (Le gaspacho et la garniture se conserveront jusqu’à 2 jours au réfrigérateur.)


PS de Suzanne: J’ai adopté un bon truc en voyant Julie faire son gaspacho la dernière fois, elle entrepose ses boites de tomates au frigo pour une soupe froide instantannée!

ASTUCE YOGIQUE: À préparer et à savourer en pleine conscience!

BON APPÉTIT!!!

Contactez-nous