Novembre – Pourquoi choisir la posture Supta Baddha Konâsana ?

La déesse du sommeil – Supta Baddha Konâsana – est devenu un choix évident pour notre posture du mois chez Yoga Rondeurs.

On vous dit pourquoi !

Tous les mois, je feuillette mon cahier de postures de yoga pour en sélectionner une que j’aimerais pratiquer de manière particulière avec les yoginis de la communauté Yoga Rondeurs.

En général, je la choisis selon les besoins physiques et psychiques du moment, ainsi que les caractéristiques de la saison ayurvédique dans laquelle on se trouve.

Les qualités prédominantes de la saison ayurvédique actuelle sont le froid et le mouvement.

Et même si on a la chance de vivre « un été de la seconde chance« , comme dirait de manière bien poétique mon amie  Mélissa, actuellement au Québec, on a déjà vu les premières neiges et le mouvement est omniprésent dans l’actualité ces derniers temps, n’est-ce pas?

Avec la pandémie qui n’en finit pas de finir, les élections de nos voisins du Sud, les actes de violence partout sur la planète, le climat anxiogène est palpable, et les yoginis n’en sont pas exemptes.

Pas évident de s’adapter à ces grosses transformations perpétuelles dans nos vies.

Histoire d’équilibrer et d’adoucir le tout, le choix de la posture devait donc répondre aux besoins suivants : calme, intériorité, repos, chaleur et ouverture du cœur.

Le choix est devenu évident : Supta Baddha Konâsana!

Aussi appelée posture du cordonnier allongé, Supta Baddha Konasana est considérée comme une posture réparatrice et de repos très efficace. Elle s’appelle également posture de la déesse du sommeil.

On lui connait les effets suivants :

  • Permet d’étirer l’intérieur des cuisses, les genoux et d’ouvrir la région de l’aine
  • Stimule les organes de l’abdomen
  • Calme le système nerveux
  • Abaisse la pression artérielle et la frèquence cardiaque
  • Augmente la respiration et le débit d’oxygène
  • Ouvre le cœur
  • Stimule la circulation sanguine
  • Aligne les chakras
  • Favorise l’intériorité et la profondeur
  • Réduit les symptômes de la tension, du stress, de la ménopause, des menstruations et de la dépression modérée

Avouez que c’est bien la posture idéale pour novembre, non?

De multiples variations sont possibles et comme la cage thoracique est bien ouverte, cette posture permet une ventilation et une exploration respiratoire appréciable.

Il sera en effet intéressant d’installer des rétentions à poumons pleins ou vides, des kramas, des rythmes et des sons…

Il est possible de la pratiquer en dynamique en l’accompagnant de mouvements de bras.

Elle fait aussi partie des postures restauratives avec des accessoires (blocs, traversin, couvertures, etc.) pour y rester de 5 à 20 minutes en pratiquant un yoga nidra par exemple.

Stéphane Lachance dans la posture Supta Baddha Konâsana supportée dans la séance de Yoga Nidra intitulée Espace intérieur sur Espace Yoga Rondeurs.

Prise de la posture en mode restauratif :

Déposez un traversin à la verticale sur un bloc en ajoutant un coussin pour la tête. Commencez à vous allonger sur le dos. Pliez les genoux et tirez vos pieds le plus près possible de votre bassin. Ouvrez les genoux sur les côtés en faisant toucher la plante des pieds. Placez 1 couverture pliée ou 1 bloc de yoga sous chaque cuisse pour que l’étirement ne soit pas trop intense et pour soutenir la jambe. Vous pouvez ouvrir vos bras sur les côtés ou poser les mains sur votre abdomen. Pour plus de confort, vous pouvez déposer une couverture sur vous. Restez ici pendant aussi longtemps que c’est confortable avec une respiration lente et régulière.

Contre-indications :

Douleurs ou blessures graves aux genoux et lordose sévère.

Quelques suggestions sur Espace Yoga-Rondeurs pour pratiquer cette posture :

  • La séance série charka: svadhistana guidée par moi
  • Le Yoga Nidra intitulé Espace intérieur guidé par Stéphane Lachance
  • La cohérence cardiaque de Yoga Rondeurs
  • Toutes les séances de Yoga nidra et les visulations

Vous avez des questions ou vous souhaitez partager vos impressions, n’hésitez pas à joindre le groupe privé de notre communauté, YR-La joie d’être soi : https://www.facebook.com/groups/121830921823474

 

NAMASTÉ!

Suzanne

TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI… La joie d’être soi!

TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI… La joie d’être soi

De bonnes raisons de PRATIQUER le YOGA régulièrement…

Je vous parlais du WHY dernièrement… Le pourquoi qui nous donnerait une envie irrésistible d’instaurer une pratique régulière de yoga… En découvrant les bonnes raisons de PRATIQUER le YOGA que je vous propose ci-dessous, vous allez sans doute vous dire que ça paraît trop beau pour être vrai, que je porte des lunettes roses ou que je tente de vous faire croire que les licornes existent vraiment…

Et bien, je vous réponds 3 fois NON :

  • NON, ce n’est pas trop beau pour être vrai;
  • NON, je n’exagère pas;
  • NON, ce n’est pas une méthode miracle finalement inutile.

Certains effets se font rapidement sentir, comme l’apaisement et la détente que l’on ressent dès notre première séance.

D’autres sont comme des fruits qui doivent prendre le temps de mûrir. Au fil du temps – semaines, mois, années – la pratique régulière apportera la Joie d’être soi.

Cependant, si vous vous engagez dans une pratique régulière, je vous confirme sans l’ombre d’un doute que vous finirez par découvrir et expérimenter tout ce qui suit.

1) Faire du yoga pour se sentir bien et pour améliorer sa santé.

Pour citer une des abonnées à la plateforme virtuelle Espace Yoga Rondeurs : “Après une séance de yoga, je retrouve le sourire, je me sens plus énergique et je suis plus paisible”. Le travail des postures (asanas) favorise la souplesse, la force ainsi que le relâchement des tensions. Il agit sur notre métabolisme et régénère notamment les systèmes nerveux, articulaire, circulatoire et endocrinien, ainsi que tous les organes.

2) Faire du yoga pour maintenir/restaurer sa forme et sa vitalité et pour augmenter son énergie en apprenant à bien respirer.

Avec les exercices de prânâyâma (contrôle du souffle), la respiration devient plus fluide et plus ample. On peut certainement dire qu’une séance de yoga procure les mêmes effets instantanés qu’un bol d’air dans la nature. En apprenant les différentes techniques et leurs effets, à placer le souffle correctement, à l’allonger et à ralentir notre rythme respiratoire, on augmentera notre énergie, avec tous les effets positifs que cela engendre sur le métabolisme.  La maîtrise du souffle est un atout dans notre boîte d’outils du mieux-être.

3) Améliorer la qualité de son sommeil.

Le yoga et ses différentes techniques (Yoga Nidra, contrôle du souffle, méditation, postures de fermeture) prosposent de formidables outils de récupération physique et mentale.  Leur pratique régénère le corps et l’esprit, favorisant un sommeil de meilleure qualité. Dormir moins, mieux, faire plus de beaux rêves et se réveiller le matin en se sentant reposé, alléchant… non?

4) Gagner en confiance en soi, mieux gérer les émotions, les peurs et le stress. Oser être soi davantage.

Agir sur ses énergies, c’est également agir sur ses émotions et sur toutes les mémoires et les fausses croyances qui sont inscrites en nous. Retrouver calme et apaisement… Oser être soi, se détacher des émotions, des peurs et du stress qui peuvent paralyser. Au fil du temps, j’ai vu plusieurs pratiquantes timides ou encore de nature introvertie se déployer avec une plus grande confiance grâce au yoga.

5) Ouvrir de nouvelles perspectives dans l’évaluation et la résolution de problèmes en calmant l’agitation mentale.

Vivre le moment présent, le « ici et maintenant » remet les choses en place dans la tête, en offrant de nouvelles perspectives sur un sujet qui nous turlupine. Combien de fois, ai-je expérimenté ce fameux lâcher-prise, pour tout à coup, en méditation, durant une séance ou après une bonne nuit de sommeil entrevoir une solution qui venait du « Cœur ».

6) Pratiquer le yoga pour apprendre à se concentrer.

Le yoga nous apprend à focaliser son attention sur une seule chose, à rester concentrée sur ce qui est important, sur soi, malgré ce qui peut se passer autour de nous, et ce même si on vit des difficultés. La pratique yogique aide à retrouver un espace où on reste centrée, en recul.

7) Faire des choix judicieux en développant sa conscience et son énergie.

Être consciente de ce qu’on aime et de ce qu’on n’aime pas, de ce qui nous convient et de ce qui ne nous convient pas est une conséquence de la pratique du yoga (svadyhaya). On développe le courage, le pouvoir de choisir ce qui est bon pour nous ou de nous séparer de ce qui ne l’est pas. L’énergie déployée pour gagner en bien-être, en conscience et en stabilité dans ce que l’on appelle le Kriya Yoga permet donc de changer notre relation avec nous-même et avec le monde.

8) Cultiver la bienveillance, l’acceptation, le détachement et le contentement.

La philosophie du yoga nous apprend que toutes les choses sont impermanentes, les bonnes comme les mauvaises. Tout change, tout a un début et une fin.

D’un autre côté, on y indique que ce que l’on ressent est bien réel (tristesse, colère, peur, etc.) et qu’il convient de s’y attarder pour en prendre soin avec bienveillance pour nous et les autres.

Les textes philosophiques du yoga nous rappellent également que la souffrance et le plaisir sont les deux facettes d’une seule pièce mise à notre disposition pour nous aider à faire les prises de conscience nécessaires à notre développement. Admettre les événements douloureux et profiter des plaisirs dans le détachement sont deux éléments importants de l’évolution personnelle. Voilà des pensées encourageantes pour maintenir un équilibre et profiter de la vie.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous envie d’intégrer le yoga dans votre quotidien ? Quels sont les bienfaits que vous en tirez ?

 

NAMASTÉ!

Suzanne pour l’Équipe Yoga Rondeurs

Utthita Tadasana (l’étoile) – Posture du mois

Méditer et rayonner dans Utthita Tadasana (l’Étoile), c’est à quoi nous vous invitons en janvier 2020 chez Yoga Rondeurs.

Dans l’agitation du retour à nos activités normales, il est facile d’oublier de s’offrir le cadeau de prendre grand soin de soi.

Et si on suspendait le temps un peu…, ne serait-ce que 3 minutes le matin avant d’entamer notre journée bien remplie pour pratiquer l’étoile à cinq branches?

Assurément, on se sentira plus énergique, confiante et prête à accueillir notre journée avec le sourire!

À l’instar de cette œuvre inspirée par l’homme de Vitruve de Leonard de Vinci, installons-nous debout au centre de nulle part, dans une pièce ou à l’extérieur, le lieu importe peu.

Ouvrons largement nos bras et nos jambes. Puis en respirant lentement et profondément, visualisons l’air qui entre depuis la tête en se propageant dans les 4 branches de l’étoile que sont nos bras et nos jambes pour propulser une belle énergie dans tout le corps.

Après une quinzaine de respirations, nous percevrons sans doute des fourmillements à chaque extrémité de notre corps et une clarté nouvelle dans nos yeux et nos pensées.

Regardons ça de plus près :

D’une simplicité apparente, la posture de l’étoile ravive notre éclat personnel et nous invite à prendre notre juste place dans le monde.

Cette position est souvent utilisée en transition vers le Triangle (Trikonasana), la déesse (Utkata Konasana) ou les différentes salutations à la Lune, mais on a tout intérêt à la pratiquer dans toute sa splendeur de manière statique.

Ses bienfaits :

  • La posture de l’étoile étire et allonge le corps dans toutes les directions à la fois, tout en favorisant la symétrie et la longueur du corps
  • Elle aligne correctement la colonne vertébrale, ce qui contribue à améliorer la posture et à réduire les douleurs au dos et aux épaules
  • En ouvrant la poitrine et les aisselles, cette posture peut également aider les pratiquants à devenir plus ouverts aux sentiments d’amour, de bonheur et de joie, comme s’ils étreignaient le monde
  • Lorsqu’elle est pratiquée consciemment, Utthita tâdâsana utilisera tous les muscles du corps, renforçant les jambes, les chevilles, l’abdomen et le dos
  • Elle peut également aider à réduire les effets de la sciatique et des pieds plats
  • En offrant plus d’espace pour les poumons et le cœur, l’Étoile améliore également la circulation et la respiration
  • Pratiquer cette posture avec une respiration régulière et douce aidera à soulager le stress et à améliorer la concentration

Histoire de s’amuser avec la posture, voici quelques conseils ou « Bhavana » à expérimenter :

  • Observer le souffle quand les paumes sont en direction du sol ou vers le haut
  • Détendre les épaules en s’assurant de ne pas serrer les omoplates ensemble
  • Engager les quadriceps
  • Amélioration de la stabilité avec une légère rotation interne des cuisses
  • Pratiquer avec les yeux fermés
  • Allonger le bas du dos en abaissant le coccyx
  • Pieds ouverts et ouverts placés sous les poignets et parallèles les uns aux autres
  • Ouverture de la cage thoracique
  • Ancrage du gros orteil, base du petit orteil et du talon
  • Pratiquer le Nasagra Drhisti (yeux en direction du bout du nez) pour améliorer l’équilibre et la concentration
  • Sentir le mouvement d’énergie (l’intérieur se déplaçant vers l’extérieur) que l’on appelle vyana vayu
  • Méditer sur une étoile, éclairée de l’intérieur, rayonnant vers l’extérieur d’une abondante force vitale
  • Pratiquer en soulevant les talons
  • Mantra : Je rayonne sans modération!

Avouez que ça donne envie de la pratiquer avec nous en janvier?

Faites-nous part de vos commentaires!

NAMASTÉ!

Suzanne Sirois

Pour l’Équipe Yoga Rondeurs

 

C’est à faire pleurer : 9 femmes sur 10 n’aiment pas leur corps

C’est à faire pleurer : 9 femmes sur 10 n’aiment pas leur corps. Chez les jeunes filles et les adolescentes, on parle d’une fille sur deux.

Ces chiffres ne sont pas que des statistiques. Derrière eux, se trouvent des filles et des femmes qui ont mal, qui ne s’aiment pas, qui ne se trouvent pas belles.

D’ailleurs, une enquête exclusive de Glamour (qui date un peu, remarquez…) révélait que 97% des femmes sont cruelles envers leur corps quotidiennement. En moyenne, les participantes auraient consigné 13 pensées négatives sur leur corps en 24h.

Est-ce que cela vous surprend? Moi, ça m’attriste profondément.

La récente campagne de sensibilisation de Vêtements Mandala démontre que la tendance à s’autoflageller est malheureusement encore bien présente aujourd’hui. Témoins de la souffrance des femmes, les propriétaires et leurs ambassadrices unissent leur voix pour lever le voile sur l’ampleur de ce phénomène de non-acceptation de soi  (voir l’article suivant : https://vetementsmandala.com/blogs/news/ces-jugements-qui-nous-hantent).

Comme le souligne Mikaël Bergeron dans LA VIE EN GROS :  « On tombe facilement dans le trop méchant, dans le trop brut, dans le trop violent. »

Si la bienveillance (Ahimsa) est une des grandes clés du bonheur, selon la philosophie du yoga, l’amour de soi devient un incontournable! Oui, cet appel à la bienveillance est en fait un appel à l’amour!

À l’aube de la prochaine décennie, mon souhait le plus cher est que nous plongions toute ensemble dans l’acceptation et dans la bienveillance!

Osons poser un regard différent sur nous, notre corps, notre temple, comme je me plais à le dire souvent.  Après tout, être bienveillant, c’est développer un respect immense pour qui nous sommes, ici et maintenant. Osons aimer qui nous sommes.

Je vous invite à vous laisser porter par les mots de Mikaël Bergeron :

Aimez-vous.

Appréciez qui vous êtes.

Vos failles, vos beautés, vos travers, vos forces, vos fragilités, vos singularités, vos étonnements, vos frustrations, vos limites, vos capacités, vos essais, vos idées tordues, vos passions, vos cicatrices, vos révoltes, vos gaffes, vos réussites, vos goûts, vos rêves, vos envies, vos craintes, vos frissons, vos excitations, vos instincts.

La vie est trop courte pour perdre du temps à ne pas s’aimer.

Je dis: AIMONS-NOUS! Accueillons qui nous sommes dans toute notre beauté et notre vulnérabilité. Cultivons des pensées positives par rapport à nous-mêmes. Offrons nos plus beaux compliments aux femmes qui nous entourent. Acceptons de recevoir les plus beaux compliments des femmes qui nous entourent. Faisons de la bienveillance notre allié. Et, ensemble, transformons notre regard et rayonnons d’amour pour nous et pour les autres!

Offrons cet héritage à nos filles…

NAMASTÉ!

Suzanne


PS: N’hésitez pas à utiliser le code RONDEURS lors de vos achats chez Vêtements Mandala, vous recevrez un rabais de 15%.  La tunique NAMASTÉ est arrivée!!!


La joie et le privilège d’enseigner le yoga…

La pratique du yoga fait vraiment partie de mon ADN maintenant.  Son enseignement est une source de joies intenses. C’est un privilège que je chéris profondément chaque jour. Combien de fois le sourire des personnes à la fin d’une classe ont valu des millions…  Regardez les sourires des personnes sur la photo qui accompagnent ce billet!!!

Samedi dernier, nous avons célébré la fin de ma première formation professorale de 500h pour ces 8 femmes qui sont devenues (Josée, Julie, Lyne, Sylvie, Sophie, José, Marie-Claude – Emilia a dû s’absenter), au fil des 3 ans que nous avons passé ensemble, de bonnes amies voire même des sœurs de cœur.

Avant notre rencontre, pour certaines depuis les tout débuts de Yoga Rondeurs, plusieurs d’entre elles n’auraient jamais envisagé pratiquer le yoga, encore moins l’enseigner. L’image du yoga étant trop souvent associée à la minceur et la souplesse digne du Cirque du Soleil peut définitivement créer une pensée limitante à ce sujet…

Pourtant, grâce à leur courage que je salue humblement, les voilà, tout sourire avec en poche un diplôme et un bagage important de connaissances ayurvédiques et yoguiques dans la lignée du Viniyoga.

Je suis convaincue que cette aventure leur permettra de faire rayonner encore et encore la merveilleuse science du  YOGA en elle et autour d’elle.

Déjà, quelques-unes d’entre elles offrent maintenant des classes de Yoga Rondeurs dans leur communauté, et je crois que ce n’est qu’un début… L’une d’entre elles part dans le grand Nord cette semaine, l’autre ré-oriente sa carrière actuellement, une autre entreprendra une formation complémentaire… Mais, je prédis que le yoga prendra de plus en plus de place dans la vie de toutes ces femmes, comme il est devenu un mode de vie pour moi.

Même si nos chemins ne se croiseront peut être pas tous les mois comme dans les trois dernières années,  chacune d’entre elles demeurera dans mon cœur pour le reste de ma vie.

JOUR, SOIR, NUIT MESDAMES ET SURTOUT, MERCI POUR VOTRE CONFIANCE!!!

NAMASTÉ!

Suzanne


P.S : Une nouvelle formation professorale de 500h débutera en janvier 2020. N’hésitez pas à vous inscrire à l’une des soirées d’informations gratuites qui auront lieu en novembre et décembre prochains, en communiquant avec moi à l’adresse courriel suivante : yogarondeurs@gmail.com

 

Posture du mois: Dvipâda Pîtham

Souvent appelée la Table à deux pieds ou le Demi-pont, Dvipâda Pîtham est l’une de mes postures chouchous durant la saison chaude, où l’on a l’occasion de prendre le temps de s’attarder à des positions plus statiques, en instaurant notamment des bandha (contractions musculaires) ou des rythmes respiratoires plus complexes.

Dvipâda Pîtham est idéale pour cela et nous l’avons donc choisi comme posture vedette pour le mois d’août chez Yoga Rondeurs.

En plus de renforcer les jambes et les fessiers, elle est considérée comme une demi inversion et une position d’ouverture qui favorise l’amplification de la respiration avec des exercices respiratoires variés (Prânâyâma). 

On l’utilise aussi pour se familiariser davantage avec les différents Bandhas  (apprentissage des contrôles musculaires) :

  • Jâlandhara-bandha ou étirement de la nuque (rapprochement du menton et du sternum);
  • Uddiyana bandha ou rétraction de la paroi abdominale, laquelle est facilitée par la position inversée du corps et la tonicité moins importante nécessaire au niveau de la paroi abdominale;
  • Mûla-Bandha ou rétraction du plancher pelvien et du bas de la paroi abdominale, également facilitée pour les mêmes raisons qu’ Uddiyana bandha.

Avec la joie de la découverte au coeur, nous vous invitons à aborder Dvipâda Pîtham dans plusieurs de ses formes, notamment : en utilisant des supports (bloc, chaise, ballon), en soulevant les talons dans la posture aboutie, en soulevant une jambe à la verticale (Eka pâda) et en déposant le pied sur la jambe en appui au sol (Ardha Baddha Kona) histoire d’explorer une intensification de la posture, en instaurant des rythmes respiratoires particulier…

Bref, c’est à quoi nous vous convions en août dans nos classes et j’ai bien hâte de commencer dès ce soir à Anjou!

NAMASTÉ!

Suzanne Sirois

Pour l’Équipe Yoga Rondeurs


Plusieurs séances contiennent cette posture sur la plateforme virtuelle de Yoga Rondeurs.

C’est un rendez-vous aussi: https://espace.yoga-rondeurs.net/

Les 4 sens de la vie

Méditer sur les 4 sens de la vie,

quelle belle façon de «yogater» durant l’été.

On débute la pratique du yoga de bien des manières…, avec les chèvres (…ben, pourquoi pas?), avec la cohérence cardiaque, mais bien souvent sur un tapis de yoga dans une classe de groupe où l’on s’initie d’abord aux postures de yoga, âsana la 3e branche du yoga qui en compte 8, en passant… 🙂

Hors, vous en conviendrez avec moi, c’est la pointe de l’iceberg, car la pratique du yoga ne se limite pas aux postures et bientôt,  elle s’incrustera tout doucement dans tous les aspects de notre vie.

Avec la chaleur de l’été, la pratique de yoga se modifie généralement et peut inclure de longues méditations guidées ou non, des séances de yoga nidra, des réflexions philosophiques…

Bref, l’art de la farniente yogique est au rendez-vous!

Ces jours-ci, je médite sur les 4 sens de la vie, selon les Védas (un des textes phares du yoga).

Attention, nous allons parler de plaisirs et de réussites ici!

OH! C’est mal! Je vois déjà les poils des avant-bras de certaines personnes s’hérisser….

Hélas, notre patrimoine religieux a laissé bien des traces…

On est presque allergiques aux plaisirs et aux richesses de la vie…

Pourtant, ce sont 2 des 4 buts de notre existence sur terre, selon les Védas.

Voyons ça de plus près.

Selon les Védas, la vie de l’être humain a quatre buts, quatre sens :

  • « Dharma », le devoir, la vertu, la recherche de la perfection de l’être que l’on est, la réalisation de soi sur le plan moral (courage, honnêteté, tolérance, charité).
  • « Artha », les moyens, la richesse, la réussite, la famille, l’acquisition des biens matériels, la réalisation de soi sur le plan social, le plan de l’action.
  • « Kâma », le plaisir, la sexualité, la jouissance sous toutes ses formes, la réalisation de soi sur le plan sensuel.
  • « Moksha », la libération finale et totale des chaines de l’existence, la réalisation de soi sur le plan spirituel.

Dans toute forme d’action (karma), dans tout plan de la vie, l’être humain est encouragé à prendre en compte de ces quatre buts.

Toutefois, les sens de la vie auront avantage à s’harmoniser pour éviter tout déséquilibre, que ce soit au niveau physique, mental ou même spirituel.  Connaître, accorder et corriger au besoin ces supports peuvent nous permettent d’éviter beaucoup de souffrance.

Voici quelques questions à se poser :

  • Avons-nous une idée claire de nos missions personnelle, créative, sociale et spirituelle (Dharma)?
  • Sommes-nous en mesure de les réaliser (Artha – prospérité, sécurité, etc.)?
  • Éprouvons-nous du plaisir à être ici maintenant (Kâma – joie, beauté, plaisir, bonheur, etc.)?

Vient ensuite Moksha, le quatrième but, lequel permet de transcender les trois autres buts qui à eux seuls pourraient nous faire ressentir de la douleur en étant prisonnière de la matière et des passions.  Il est clair qu’un être humain frustré, habité de culpabilité et vivant dans un état d’insécurité, peut difficilement être heureux et se sentir en paix.  De plus, sa santé en générale peut en être affectée.

Un des rôles du yoga dans les premiers temps consiste à créer les conditions favorables pour aller vers une vie plus équilibrée avec une plus grande énergie, en ayant plus de détermination, de discernement et surtout développer la capacité de lâcher prise dans l’action.

La recherche de faire le bien, le désir de posséder, de maîtriser, de jouir de ce que la vie nous offre et le souci de vivre en paix, sont autant d’aspirations yogiques à cogiter régulièrement.

Qu’en pensez-vous? 

J’ai hâte de recevoir vos commentaires….

Texte de Suzanne Sirois

Pour l’Équipe Yoga Rondeurs

 

Tout mon être le demande: Calme et repos SVP!

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je dois avouer que je finis l’année avec un grand besoin de calme et de repos.  Vous me direz : « le rythme de fou que tu mènes depuis un moment y est pour beaucoup ».  Croyez-moi, j’en suis pleinement consciente!

Le manque de lumière des dernières semaines et cet horaire chargé m’incite à penser à ces quelques jours de congé qui viennent comme un véritable moment de grâce que je vais chérir et protéger.

Réalisant aussi que la cadence effrénée reprendra dès le mois de janvier, ce moment sera d’autant plus essentiel et un privilège à ne pas manquer.

Ainsi la grande question de l’heure est comment parvenir à planifier le plus de repos possible autour de l’euphorie des fêtes?

Voici le fruit de mes cogitations :

  1. Inscrire à mon agenda des moments de repos que je souhaite m’offrir.

Avant que l’agenda ne soit rempli avec milles et une choses, j’ai choisi des moments libres que je vais dédier à mon plaisir, à la découverte de moi, à mon repos, à faire de plus longues séances de méditations, à ne rien faire, à faire des photos de mes cafés latte, que je risque de partager d’ailleurs 😉

  1. Faire une liste des choses qui me détendent et qui me font du bien afin de m’y référer tout au long des vacances.

Une lecture, un film, une marche dans la nature, un long bain avec les sels de bain aux huiles essentielles de Julie, un café avec une bonne amie (peut-être même un casse-tête, un spa et soin énergétique avec Denise), sont déjà sur la liste. Faire des choses que nous aimons et nous détendent, cultivent le repos et permet de profiter pleinement de la vie.

  1. Profiter d’un rythme de sommeil sain.

Prendre le temps de reposer son corps et son esprit avec des yogas nidras (de notre plateforme Espace Yoga Rondeurs) et les 8 coups d’horloge recommandés par nuit sont des habitudes assez ancrées et est un must dans ma vie tumultueuse. Ceci dit, les petits rituels comme la diffusion d’huiles essentielles, des mouvements de yoga tout en douceur dans mon lit, des mudras apaisants seront encore plus précieux.

Le repos, c’est aussi une période d’intégration qui nous permet d’absorber et de profiter pleinement des belles choses qui nous sont arrivées durant l’année.  Quelle belle idée de refaire le tour de son agenda mois par mois pour réaliser tout le beau, le bon et le vrai que nous avons vécu, et ce, surtout avant de penser aux objectifs 2019.

Bien d’accord pour vivre toute l’effervescence et l’euphorie qui caractérisent la période des fêtes, mais pas question de passer à côté du bonheur de profiter au maximum de ce temps d’arrêt pour goûter à la lenteur des jours aussi.

Et vous, comment comptez-vous savourer vos quelques jours de congé?

NAMASTÉ !

Suzanne

On se garde au chaud avec Surya Bhedana

Voici une invitation à se garder  au chaud avec Surya Bhedana, la respiration solaire.  Relié à cet astre qu’on «aime d’amour» et qui est moins présent en ce moment, la respiration SURYA BHEDANA aide certainement à rester positive et en bonne santé physique et mentale durant la saison froide.

Surya désigne soleil en sanskrit, et Bhedana percer, passer à travers. Cet exercice respiratoire (prânâyâma) est clairement puissant car il agit à travers le canal d’énergie relié au soleil, que l’on appelle «Pingala», ou bien «Surya Nadi».

Avant d’évoquer les modalités de Surya Bhedana, il est intéressant de reluquer les bienfaits qui nous inciterons à aller au-delà de l’aspect technique qui peut sembler alambiquée quand on la pratique pour la première fois.

Bienfaits invitants…

Surya représente le côté masculin, le cerveau gauche, l’esprit de synthèse et le côté rationnel.  Pratiquer cette technique nous permet de se mettre en lien avec la lumière, le soleil, le chaud, ainsi que la qualité rajasique (action, énergie, passion).

Spécifiquement, les bienfaits de ce prânâyama sont les suivants :

  • Réchauffe l’organisme
  • Régule le stress en revigorant le système nerveux
  • Stimule l’intellect
  • Développe la concentration, la vigilance et
  • Soutient la digestion
  • Active rajas
  • Développe la résistance, la ténacité, l’audace, la détermination et l’extraversion

Convaincue de l’essayer?  Passons à la technique…

Lorsque l’on pratique Surya Bhedana, chaque inspiration se fait donc par la narine droite (freinée ou pas). Il y a une courte rétention à poumons pleins. Pour l’expiration, il existe plusieurs possibilités (libre, ujjayi, narine gauche freinée ou pas, narine droite, etc.).  Il n’y a pas de rétention à poumons vides.  Vous l’aurez compris, il y a une multitude de possibilités de pratiquer Surya Bhedana.

Voici par exemple un rythme qui réchauffera l’organisme assurément :

Débutez par quelques respirations longues et calmes avec la respiration Ujjayi (environ 6)

  • INSPIRATION : Inspiration par la narine droite durant 6 secondes
  • RÉTENTION PLEIN: retenir le souffle (poumons pleins) pendant 4 secondes
  • EXPIRATION : expirer en Ujjayi sur 6 secondes
  • RÉTENTION VIDE : Pas de rétention à poumons vides

On pourra répéter ce cycle 12, 24 ou 36 fois.

Il est recommandé de compléter avec 6 respirations libres par les deux narines afin de rééquilibrer la circulation énergétique.

NOTE : Vous l’aurez compris, cette technique n’est pas indiqué durant l’été, quand nous sommes très agitées, ni au moment d’aller au lit.

La saison froide n’est pas obligée d’être pénible… Loin de là!  Et je suis persuadée que cette technique de respiration saura vous aider à l’aborder avec plus de chaleur, de paix et de joie.

 

NAMASTÉ!

Suzanne

SAISON VATA – Astuces yogiques et ayurvédiques pour l’automne

Ça y est, l’équinoxe de l’automne vient de passer et nous nous dirigeons tranquillement vers la saison Vata en Ayurvéda. D’un point de vue énergétique, l’automne représente une transition entre la vitalité exubérante de la nature durant l’été et son repos en hiver.

En écoutant la nature, on se rapproche de notre propre nature

La saison Vata est là et elle nous le rappelle par ses manifestations « mouvementées » :  vent, tempête, bourrasques, chute des feuilles, chute des fruits, air plus frais…

Alors que l’environnement se prépare à ralentir, les feuilles des arbres à mourir, il est peut-être aussi le temps de savourer nos récoltes de l’année, dans tous les sens du mot…, et de profiter des bienfaits de l’ancrage, de la gratitude et du repos.

C’est fou, comme on s’y prépare le plus naturellement du monde, en plus…

Tout d’un coup, on a envie de potages, de tartiflettes (un must!), de tisanes, de lait doré, de douceur, de cocooning…

Vata, c’est le principe naturel du mouvement. Cette dynamique qui anime tant le corps physique que l’esprit et les sens. On lui associe les caractéristiques suivantes : vent, froid, légèreté, subtilité.

Le tout pouvant provoquer de la nervosité, de l’anxiété, de l’agitation, de la constipation, des douleurs arthritiques, de la fatigue, de l’insomnie, de la confusion et de la peur notamment.

On soigne par les contraires

Comme l’Ayurvéda soigne par les contraires, il sera donc intéressant d’opposer en saison Vata :

  • la sécheresse du vent > l’onctuosité
  • au froid > le chaud
  • à la légèreté > l’ancrage
  • et à la subtilité > la densité

Astuces

Allons maintenant un peu plus loin en ajoutant les astuces yogiques et ayurvédiques pour la saison Vata :

  • Rythmer son quotidien le plus possible en décidant de petites routines agréables.
  • Commencer sa journée avec une tasse d’eau chaude additionnée de gingembre, citron et un soupçon de miel.
  • Se lever tôt le matin et pour faire régulièrement du yoga, ne serait-ce que 5 minutes (nous avons une séance énergisante de 5m6s sur notre Espace Yoga Rondeurs (https://espace.yoga-rondeurs.net/) que l’on appelle Énergie Instantanée – elle fait partie de ma routine matinale depuis que le temps est plus frais).
  • Prendre des marches dans la nature ou aller cueillir des pommes…
  • Effectuer de douces séances de yoga et de méditation qui ancrent et qui supportent un bon équilibre intérieur et articulations fluides. Des âsanas qui agissent sur l’énergie descendante (âpana) ainsi que des torsions.  Des exercices de respiration qui équilibrent et qui réchauffent légèrement, tel que Nadi shodana, repiration abdominale, Ujjayi Samâna (inspiration et expiration égales).
  • Profiter de plus longue relaxation en fin de pratique en étant bien supporté avec des coussins et des couvertures. On peut même ajouter des poids sur l’abdomen quand on se sent plus fébrile.
  • Boire chaud ou tiède tout au long de la journée.
  • Huiler son corps avec une huile d’amande chaude et si le cœur vous en dit, on peut y ajouter une huile essentielle de basilic qui fait des miracles contre la fatigue surrénale (causée par le stress chronique).
  • Pratiquer une cohérence cardiaque le soir avant le souper pour apaiser les tensions de la journée.
  • Éviter toutes les sources de stress émotionnelles, les excès de bruit, les stimulations surtout en soirée. Entourez-vous d’odeurs, de musiques, d’images et de personnes qui vous inspirent douceur et apaisement.
  • S’envelopper d’un grand châle bien chaud, histoire de se dorloter et de se chouchouter.
  • Et à 22h, éteindre les lumières pour un sommeil réparateur.

L’idée sera ici d’apporter de la stabilité, de la chaleur, du calme et de la concentration.

L’important, comme toujours, sera surtout d’être douce avec vous-même!

À bientôt!

Suzanne

Équipe Yoga Rondeurs

 

Contactez-nous